lundi 18 février 2019

Blessure(s)

À mon souvenir, je ne me souviens pas d'avoir rencontré un coureur qui ne se soit pas blessé une fois dans sa vie ou qui ne se lève pas à chaque matin avec de petites raideurs musculaires ou aux articulations.  Il faut regarder la vérité en pleine face.  La course possède aussi son côté obscur.


J'ai moi aussi eu mon lot de blessures dans le passé qu'elles fussent causées par la course ou un autre sport que je pratiquais.  Malgré de grandes frustrations, j'ai toujours pris le temps et les moyens de me soigner.  Des fois, la blessure était tellement grave que je ne pouvais faire autrement.


La semaine passée, j'ai finalement pris la décision d'aller consulter une physio spécialisée dans la course à pied à la Clinique PCN  pour une douleur/sensation sous le pied qui ne voulait plus me quitter.  L'on peut voir tellement de "post" sur Facebook parlant de fasciite plantaire que je commençais à stresser légèrement, bien que ma douleur se situe plus à l'avant du pied (métatarse).  Après une heure de consultation, le verdict est tombé:  je souffre d'une irritation des fléchisseurs des orteils.  OUF!  Me voilà soulagé.  Ça demeure quand même quelque chose que je vais devoir surveiller et soigner. 
Pour les 10 prochains jours, je dois suivre les recommandations suivantes:
  • Dosage de l'impact +++  (donc, diminuer grandement mon kilométrage total).
  • Au lieu de faire de bonnes sorties, diminuer la distance et en faire deux par jour.
  • Diminuer le dénivelé (donc les escaliers).
  • Transférer le cardio au besoin (vélo stationnaire).
  • Renforcement des muscles intrinsèques.


Difficile de mettre le doigt précisément sur le pourquoi de cette blessure, mais la mise-en-place de mon programme d'escaliers n'aurait peut-être pas aidé.  Pas le fait de faire des marches, mais bien de m'avoir lancé tout de suite dans un trop gros volume et en les montant deux par deux (ce qui augmente la flexion au niveau des orteils lors de la poussée). 


Le plus dur sera de ne pas courir ou de limiter mes distances/temps surtout que je vois les semaines passées et mes premières courses à l'horizon.  D'ici la guérison totale, je continue mon yoga, j'augmente le renforcement, je fais mes exercices de physio (sans vouloir aller trop vite) et je garde le moral.  L'idée est de pouvoir courir librement une fois que la neige aura disparu et pour plusieurs années encore.















vendredi 8 février 2019

Tranquillement, mais sûrement...

Avant tout, je cours pour mon plaisir, ma santé et pour être un exemple pour mes deux jeunes garçons.  J'aime courir dans les bois pour me sentir libre.  J'aime courir dans les rues pour la simplicité de la chose et découvrir les villes où je voyage.


Depuis 2018, j'essaie de suivre un plan d'entraînement de façon régulière, mais je garde mon idée que je dois écouter mon corps et mon esprit.  C'est à cause de ce plan d'entraînement que j'en suis venu à faire des entraînements en intervalles alors qu'auparavant, cette simple pensée me donnait la nausée.  Maintenant, bien que que ça me demande toujours un effort, je commence à y prendre tranquillement goût.  On dirait que ça brise la routine et ça rend surtout les séances de tapis roulant plus amusant.








mardi 5 février 2019

Ultratrail du Bout du Monde


La Trail du Bout du Monde.  Avec un nom comme ça, c’est l’imagination de chaque coureur de trail qui se met à travailler.  Dans mon cas, j’ai succombé et je me suis inscrit à la deuxième édition (2017) pour y réaliser mon premier Ultra.



Fred, Martin et moi le vendredi avant la course